Des anecdotes sexes et histoires sexes bourrées d'excitations et de fantasmes!!! Venez rêver avec ces histoires et anecdotes sexes!

6 janvier, 2012

Exhibe de belle fesses sexes

J-2
Réveil matinal, ma marque de fabrique mais cette fois avec une « gueule de bois », non pas à cause de l’alcool, mais une stupide dispute avec la demoiselle de mon cœur. Mais pas le temps de traîner, je dois me rendre à Paris, la journée allait être longue. Une bonne douche, la main dans les cheveux et me voilà fin prêt. 14 Juillet oblige, je passe plus de temps à attendre sur les quais que dans les transports … J’arrive enfin et me dirige vers ce fameux magasin que j’avais repéré. Une bijouterie vendant exclusivement du platine et du cristal. Je suis accueilli par une charmante demoiselle qui me demande ce que je recherche. J’avais une idée précise, une bague en platine sertie de cristal. J’avais auparavant discrètement essayé la bague de ma demoiselle et je savais que ma taille « petit doigt « irait parfaitement à son annulaire. La bague en poche, je m’en vais, je savais qu’on ne se verrait pas et même après mes coups de fil, je sentais cette hostilité mais j’insistais pour la voir, moi qui d’habitude n’insiste jamais. Peine perdue. Je retourne donc chez moi, sans le sou, une bague en poche et la tête basse. Il était déjà 16 heures, je passais à autre chose et pensais juste à préparer mon sac pour m’en aller…


17 heures, je reçois un message me donnant rendez-vous à 18 heures… ce sera la première fois que je serai en retard à un rendez-vous, mais j’y serai, même si c’est pour me faire plaquer ou autre… j’arrive avec deux-trois bricoles, la bague dans ma poche, j’attends… et elle arrive, très belle, plus belle qu’à l’accoutumé. Nouvelle coiffure, qui mettait sa beauté en valeur, j’en profitais, pensant toujours que je ne la reverrai plus. Après les embrassades, même pas un mot sur la dispute de la veille, mais elle me propose de me présenter à sa famille. J’accepte immédiatement, mon énergie et ma chaleur retrouvée ! 19 heures 30, nous y voilà, présentation faites, on papote, j’observe, un peu méfiant sur les bords. A plusieurs reprises je regarde ses doigts, attendant le bon moment. Lorsque je me décide enfin, je suis interrompu… on m’invite à dîner. J’accepte, je ne suis pas gêné mais une légère réaction s’apparentant à un « merde alors » se lit sur mon visage. Il est 21 heures… je vais devoir m’en aller et je n’ai toujours pas offert le présent, quand cette fois je suis invité à dormir! Nous serons du coup, seuls, juste les 2 adolescents avec nous. Je passe un coup de fil et me voilà tout sourire, la journée se prolonge, que dis-je, la nuit sera à nous !
22 heures, nous nous en allons tous les quatre, c’est le feu d’artifice du 14. J’avais du coup, beaucoup plus de mal à sortir le cadeau, le trac prenait le dessus. Puis pendant les derniers feux, je me suis lancé. Elle brillait encore plus de nuit et sous les reflets des feux. Ce n’était pas le premier cadeau que je lui offrais, mais je sentais l’émotion, j’étais au moins aussi ému qu’elle. Puis vint l’heure de rentrer, de regarder un petit film tous les 4 et d’envoyer les 2 adolescents au lit. C’est à ce moment qu’elle me dit de la suivre dans la salle de bain. Rien d’extraordinaire, jusqu’au moment où elle me dit qu’elle ne m’a pas encore remercié ! Il est minuit, ce 14 Juillet se termine, le 15 débute.

J-1, 15 Juillet 00h00
Nous avons commencé à nous embrasser, ce baiser de femmes que je fais si bien (c’est comme cela que je l’appelle) et qu’elle adorait pour sa douceur et sa légèreté. Jamais de brutalité, beaucoup de folie mais surtout de la douceur. Je l’ai ensuite déshabillée, elle n’avait rien sous son haut et la marque de mon suçon avait disparu. La première que j’ai faite est de lui refaire un suçon au même endroit. Puis de lui sucer les tétons et les titiller de la pointe de ma langue. Ses seins étaient magnifiques, ni trop gros, ni trop petits, la taille idéale pour tenir dans la main. Ses auréoles étaient brunes, surmontés par des tétons dressés, que je prenais plaisir à caresser lentement. J’ai ensuite baissé son short et son string. Un joli string noir et turquoise, avec une légère transparence. Elle, elle avait sa main dans mon jean, j’étais tout excité, très excité, j’ai rarement été humide à ce point. Une fois nus tous les deux, j’éteignis la lumière. Toujours debout je caressais son sexe tout lisse et ô combien humide. Je ne résistai pas longtemps et me baissai pour m’abreuver de sa liqueur. Plus j’avais ma langue au contact e son sexe, plus elle était humide, à tel point que je me demandais si c’était moi qui salivais beaucoup ou elle qui était de plus en plus humide. J’introduisais ensuite un doigt dans sexe et l’esprit tout retourné, recommençait à l’embrasser, un peu plus fougueusement. Ce fut à mon tour de m’asseoir et elle vint lentement sur mon sexe. Je sentais son sexe glisser lentement sur toute la longueur du mien, mais je ressentais une petite douleur dû à l’étroitesse de la demoiselle. Ce qui rendait paradoxalement les choses plus excitantes! Après quelques va et vient très lent et timide, la cadence s’accéléra et plus j’étais excité, plus le rythme imprimé était fort! Je sentais son sexe très serré autour du mien, comme une envie de ne pas le laisser s’échapper. Cela m’excitait au plus haut point et je lui demandais de me marquer, me mordre le coup. Elle n’eut pas le courage de le faire, mais je sentais ses ongles parcourir mon dos, me laissant quelques petites traces. Pendant notre étreinte je ne pouvais m’empêcher de lui sucer encore et encore les seins, tout durs, de lui échanger des baisers, parfois de femme, parfois fougueux et de nous susurrer notre amour. A aucun moment nous ne nous étions posé la question des garçons, s’ils voulaient utiliser la salle de bain, ou des parents s’ils rentraient. Se faire surprendre m’excitait encore plus et j’entrouvris discrètement la porte. Je n’ai plus la notion du temps, depuis combien de temps faisons-nous l’amour… je ne sais pas, je ne me pose pas la question mais l’envie de jouir approche. Après quelques dernières minutes torrides, les seules fois où la douceur avait disparu, je me libérais (à contrecœur) de son sexe pour jouir sur son ventre… j’étais essoufflé, épuisé mais je me sentais bien. La lumière rallumait, j’admirais son corps nu, pas un regard de pervers, de vicieux, mais un regard contemplatif, celui que j’avais sur la femme que j’aimais et que je n’ai plus sur aucune femme. Elle me dit qu’elle adorait mon regard sur son corps nu, il était innocent et plein de tendresse. Je lui pris la main et nous prîmes notre douche ensemble, une longue douche, enlacée, l’un contre l’autre… J’en avais encore envie, sans doute elle aussi, mais avant d’entamer quoi que ce soit, j’étais allé regarder l’heure… 4 heures. C’était trop juste. Nous nous sommes donc rhabillés, et nous sommes dits bonne nuit… les mains ne voulaient pas se lâcher mais il le fallait… mais je ne me doutais pas, que ce serait la dernière fois qu’elle et moi nous faisions l’amour…
6 heures
Me voilà debout, 2 heures de sommeil. Je tapais sur la cloison pour savoir si elle était debout. Elle tapait à son tour. Tout le monde était rentré, impossible de prendre une douche torride ensemble. Le temps de se préparer, de dire bonjour à tout le monde et de remercier pour l’hospitalité qu’une heure était passée. Nous sommes partis ensemble, pour que je me change, nous n’avons finalement jamais profité de cette dernière journée…
17 heures, tout beau tout propre, je l’ai accompagnée au travail… c’était notre dernière journée ensemble, passée dans les transports. Le moment de se dire au revoir (qui se transformera en adieu) est arrivé… un long baiser… de femme bien entendu et je partais, la larme à l’œil. De ses propres mots, elle n’a plus jamais regardé la salle de bain de la même manière…

Par Rendan pour http://www.forum-hard.com/sexe/viewtopic.php?f=67&t=20602

 

 

 

 

1 Commentaire to “Un cadeau = une baise”

  1. 1
    HeyHey dit:

    Baise baise .. Moi j’appelle pas ça de la baise, mais de l’amour. Personnellement, je pense que l’amour physique est la plus belle façon d’exprimé un amour aussi fort. Les mots que tu emplois, je les trouve magnifiques, les gestes doux et tendres .. Tu me fais rêvé. Cette femme a eu beaucoup de chance.

Laisser un commentaire