Des anecdotes sexes et histoires sexes bourrées d'excitations et de fantasmes!!! Venez rêver avec ces histoires et anecdotes sexes!

17 octobre, 2014

un gode en cadeau

C’est mon anniversaire. Claudia veut me faire un cadeaux. J’ai presque tout, elle ne veux pas me dire de quoi il s’agit. Elle vient chez moi, nous nous embrassons comme toujours. Elle tient dans la main ce qui doit être mon cadeau.
Elle parle de tout, comme souvent. Finalement elle me donne la boite que j’ouvre vite. Je ne suis pas déçue, je vois un gode d’une bonne grosseur.
Elle m’explique comment je dois m’en servir, comme si c’était la première fois que je me servais de ce genre d’ustensile. Elle pousse la complaisance jusqu’à lever sa jupe, enlever son string, écarter les cuisses: je vois sa chatte en entier. Devant moi pour que je vois bien ; elle se caresse la vulve avec le bout du gode avant de l’enfoncer doucement dans son ventre.
– Tu vois, il faut aller doucement au début, après comme tu veux selon ton désir.


Elle n’hésite pas à aller au bout de son désir, justement : elle ferme les yeux, penche sa tête en arrière. Elle prend son plaisir comme si elle était seule.
Et moi, je m’excite en la regardant. Elle reste devant moi, les jambes écartées. Je peux enfin prendre le gode. Je me mets à l’aise avant de poser le gode sur mon entrée.
Je le sens déjà, je le rentre doucement. Il me fait du bien de suite. Celui là me donne l’impression d’avoir une vrai queue dans le ventre.
Je me fais l’amour devant une copine, et alors !
Nos regards ne se quittent pas, elle attend que j’arrive au bout de l’orgasme. En plus elle m’encourage comme si elle était mon amant qui me baise. Je me tends presque trop sur le fauteuil les jambes tendues, je suis offerte à la premier bite venue.
Claudia prend le gode au moment où j’allais le lâcher dans un trop plein de plaisir. Sa main remplace la mienne. Elle me la met comme un homme. Et moi je me laisse faire : je prend mon plaisir sans réfléchir que c’est une femme qui s’occupe de mes sens. Elle prolonge sans cesse mes orgasmes, sauf qu’elle commence à m’embrasser sur la bouche. Nos langues jouent longuement ensemble. Elle va même jusqu’à le lécher le cou puis me déshabille doucement.
Je me laisse aller à ses caresses, plus douces que celles d’un homme.
Je jouis une première fois : elle continue, recommence pour une suite que je ne prévoyais même pas, mais qui est encore meilleures que la première fois.
J’arrive au bout supportable de mes jouissances, je reprend le gode. Elle me le donne en m’embrassant encore sur la bouche.  Je commence à chercher sa chatte pour lui rende ce qu’elle m’a donné.
Elle s’ouvre quand je lui caresse les cuisses, que je passe vers ses fesses. Je suis son amant, pas une fille. Je vais me la payer comme si j’avais une vraie bite.
Ma bouche passe sur son cou, ses seins, son ventre, jusqu’en bas sur sa chatte. J’ai une envie brusque de lui lécher le clitoris, la faire jouir uniquement avec ma langue. Je goûte enfin sa cyprine, je la déguste. Il me semble qu’elle est plus liquide que la mienne. Je suis étendue à ses pied, ma bouche contre son sexe. Ses lèvres entrent dans ma bouche. Je lui mets deux doigts là où normalement elle reçoit une bite. Je vais un peu plus bas quand je la sens jouir sur ma langue. Je lèche son anus. Elle jouit encore. Cette fois je laisse ma langue là où elle est, le gode entre doucement dans son sexe. J’ai moi aussi besoin d’elle, je me mets en 69, je suis sur elle. Je baisse ma tête pour la lécher comme je le veux. Elle sait aussi passer sa langue sur mon minou. Elle est heureuse avec ma langue sur l’anus et le gode dans son autre trou. J’aimerais moi aussi me faire mettre. Sa langue fait enfin plus que lécher le sexe, elle passe aussi sur l’anus.
Nous faisons un 69 spécial.
Elle me fait jouir , j’ai envie d’elle d’une autre façon, nous nous mettons les jambes en ciseau. Nos sexe se touchent, nous nous faisons jouir uniquement avec nos sexes. C’est encore la meilleure des choses entre fille. Nous remuons assez pour que nos clitoris soient en contact étroit.
Nous avons passé l’après midi ainsi réunies dans le même délire.

 

Par Claudia

Laisser un commentaire